Vers une agence de notation européenne…

L'Europe à la merci de l'Amérique?

Dans un contexte de crise financière européenne, force est de constater que le vieux continent se cherche une ligne de conduite cohérente et commune. Il se rend aujourd’hui compte que son destin n’est pas entièrement entre ses mains. Que du contraire puisqu’il est entièrement dépendant de l’avis de 3 agences américaines. Qui sont-elles? Quels sont leurs objectifs? Mais surtout, ne serait-il pas judicieux de créer une agence de notation européenne? Plongeons ensemble dans les arcanes de la finance mondiale…

Qui?

Une agence de notation financière est un organisme chargé d’évaluer financièrement divers acteurs économiques (Etat, entreprise, hedge fund,…). Il existe des agences globales et locales.

Quoi? Comment?

Son travail consiste à estimer la solidité financière de ces acteurs via une série de critères financiers (aucun critère environnemental ou social). L’agence définira, théoriquement en toute indépendance, le risque de faillite ou de non remboursement d’un acteur économique émettant des titres de dette (comme par exemple des obligations). Chaque émetteur reçoit une notation. L’émetteur est en souvent à l’ origine (surtout lorsqu’il sait que sa notation sera bonne, il pourra ainsi emprunter à un taux faible) mais ce n’est pas toujours le cas. Plus la notation est basse, plus les investisseurs sont en droit de demander une rentabilité importante du fait du risque supplémentaire. Actuellement, il existe de nombreuses agences de notation mais seules 3 ont une vocation mondiale. Les « Big Three » (Moody’s, Standard & Poor’s et Fitch Rating) couvrent à elles trois près de 94% du marché. A côté de ces agences globales, on retrouve des agences locales spécialisées dans certains marchés (comme MicroRate, notation de micro-crédits). Nous nous concentrerons dans cet article sur les premières.

Tableau des notations des agences Moody’s et Standard & Poor’s
Moody’s Standard and Poor’s Commentaire
Aaa AAA Le risque est quasi nul, la qualité de la signature est la meilleure possible.
Aa AA Quasiment similaire à la meilleure note, l’émetteur noté AA est très fiable.
A A Bonne qualité mais le risque peut être présent dans certaines circonstances économiques.
Baa BBB Solvabilité moyenne
Ba BB A partir de cette note, l’affaire commence à être spéculative. Le risque de non remboursement est plus important sur le long terme
B B La probabilité de remboursement est incertaine. Il subsiste un risque assez fort.
Caa CCC Risque très important de non remboursement sur le long terme.
Ca CC Très proche de la faillite, emprunt très spéculatif.
C D Situation de faillite de l’emprunteur.

On trouve également des notations intermédiaires, les notes étant alors accompagnée d’un +, d’un -, d’un 1 ou d’un 2.

La note n’est pas figée. Elle évolue tout au long de la vie des obligations, par exemple. Une révision de la note à la baisse peut faire baisser le cours du titre visé. De même, un changement d’évaluation à la hausse peut faire monter le cours. Les investisseurs sont très attentifs aux modifications de notes ou aux mises sous surveillance des titres.

Retour au début de l'article

Pourquoi?


La création d’une agence européenne de notation permettrait de relativiser les informations fournies par les trois agences majeures actuelles. Le reste du monde l’accueillerait sans doute avec satisfaction car elle donnerait un nouveau point de vue de la situation, rendant l’information globale plus impartial. Par ailleurs, cette agence pourrait prendre en compte les situations particulières telles que les aides internationales ou les plans d’austérité. Enfin, elle s’imposerait un système d’auto-évaluation (et si nécessaire d’indemnisation en cas d’erreur) afin d’optimiser son fonctionnement interne.

Où?

En cas de création d’une future agence de notation européenne, il serait intéressant de l’implanter à proximité d’une place boursière forte telle que Francfort. L’Allemagne est un des piliers de l’économie européenne et se retrouve, qui plus est, dans un créneau horaire central en Europe (Paris, Bruxelles, Madrid, Bruxelles…). Cette situation permettrait à une majorité de places boursières de réagir sans délai aux évolutions de notation.

Conclusions

L’idée d’une agence de notation européenne se profile à l’horizon et l’ébauche de projet semble intéressant! Elle diversifierait les points de vue, elle considérerait de nouveaux paramètres financiers (éventuellement sociaux et environnementaux), elle obligerait les agences actuellement en place à se remettre en cause, elle responsabiliserait les autres acteurs du marché. Reste une question à se poser : qui doit mettre en place une telle agence?

Retour au début de l'article

Pour parfaire votre réflexion…

Création d’une agence de notation européenne – Michel Barnier

Création d’une agence de notation européenne – groupe parlementaire du CDH

J.-M. Barroso ne veut pas d’agence de notation sous contrôle de la Commission


Sources d’informations :

Vox Economica

ABC Bourse

Article précédent
Poster un commentaire

3 Commentaires

  1. Après la note de la Belgique, Standard & Poor’s abaisse la note de la Flandre « Marketing et communication politique
  2. Agences de notation : la théorie du complot (2e partie) « Marketing et communication politique
  3. Agences de notation : la théorie du complot (2e partie) « Marketing et communication politique

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :