Aung San Suu Kyi, le destin d’une orchidée de fer

Aung San Suu Kyi, l'orchidée de fer

Aung San Suu Kyi

Que de bonnes raisons de parler de Aung San Suu Kyi… Alors que son pays, la Birmanie, est lentement en train de s’ouvrir au monde, la junte birmane relâchant la pression sur la population, la diplomatie internationale (et donc la presse) y reprend tout doucement ses droits!

En parallèle, un film (The Lady – Luc Besson) et un documentaire (Lady of No Fear – Anne Gyrithe Bonne) sur l’icône de la résistance birmane viennent de sortir. Quelle place occupe « l’orchidée de fer » dans l’histoire de ce pays de Sud-Est de l’Asie Continentale? Faisons le voyage ensemble…


Jeunesse de Aung San Suu Kyi
Retour en Birmanie
Aung San Suu Kyi : ses années d’isolement
La Birmanie s’ouvre au monde…
Aung San Suu Kyi : le choix cornélien des temps modernes
Cinéma : des violons ou du pragmatisme?
Pour poursuivre le dialogue…


Qui est Aung San Suu Kyi?

Jeunesse de Aung San Suu Kyi

Fille du général Aung San (martyr de l’indépendance birmane) Aung San Suu Kyi est née le 19 juin 1945 en Birmanie, un des pays les plus pauvres de la planète (bien que très riche par ses ressources). Son père est assassiné par des rivaux politiques alors que Aung San Suu Kyi n’a que deux ans. Suivant d’abord sa mère, ambassadrice de Birmanie en Inde, elle déménage ensuite en Grande-Bretagne afin d’étudier la philosophie, la politique et l’économie au St. Hugh’s College d’Oxford d’abord; à la School of Oriental and African Studies (SOAS) de Londres ensuite.

En 1972, elle se marie à Michael Aris, un homme rencontré au cours de ses études. En 1973 puis en 1977, Aung San Suu Kyi donne naissance ses deux enfants : Alexander et Kim. Aung San Suu Kyi vit alors entre le Royaume-Uni et le Bhoutan (où son mari travaille).

Retour en Birmanie

Carte Birmanie Asie du Sud Est

Birmanie

En 1988, Aung San Suu Kyi est contrainte de rentrer au pays -elle qui n’a jamais pris la nationalité britannique- pour accompagner les derniers jours de sa mère. Elle est alors soumise à la gifle de l’histoire. Elle y arrive en effet en pleine révolte étudiante durement réprimée dans le sang et découvre la barbarie. Devenue l’emblème des étudiants et effigie de son propre père, ils l’appellent à rejoindre la lutte. Une nouvelle junte militaire prend le pouvoir le 18 septembre 1988.

Aung San Suu Kyi : ses années d’isolement

Le 27 septembre 1988, elle participe, avec les anciens généraux Aung Gyi et Tin Oo, à la fondation de la LND (Ligue Nationale pour la Démocratie), qui lutte pour une profonde réforme de la politique birmane. Elle devient rapidement le symbole du désir populaire pour une plus grande liberté politique. Elle est arrêtée le 20 juillet 1989, le gouvernement militaire liant sa liberté à son expatriation. Refusant le marchandage, elle est mise en liberté surveillée.

Prix Nobel de la Paix 1991 famille Aung San Suu Kyi

Le prix Nobel de la Paix 1991, remis pour l'occasion à la famille de Aung San Suu Kyi

En 1990, la junte militaire, sous la pression populaire, met en place des élections générales. la LND humilie alors le régime militaire en remportant 392 des 485 sièges en compétition. Mais les généraux avaient refusé de s’incliner. Aung San Suu Kyi est alors privée de liberté et le restera pendant quinze des vingt et une années suivantes. Cette année-là, sous la pression de son mari qui voit en une reconnaissance internationale de leur cause une bonne manière de la protéger de la junte, Aung San Suu Kyi recevra le prix Sakharov, le prix Rafto puis le prix Nobel de la paix l’année suivante. Aung San Suu Kyi sera libérée le 13 novembre 2010…

La Birmanie s’ouvre au monde…

Début décembre 2011, la Ligue nationale pour la démocratie (LND), a été officiellement légalisée par la commission électorale, indique, mardi 13 décembre, le quotidien officiel New Light of Myanmar. La LND, qui avait boycotté les pseudo-élections de novembre 2010, peut désormais présenter ses candidats, dont la lauréate du prix Nobel de la paix elle-même, aux législatives partielles attendues d’ici à quelques mois mais dont la date n’a pas été annoncée.

Le parti avec lequel l’opposante a fait toute sa carrière politique avait été dissous en mai 2010 par la junte alors au pouvoir, à la suite de son annonce du boycott du scrutin de novembre suivant. Aung San Suu Kyi a longtemps défendu cette stratégie, refusant de cautionner un scrutin qualifié de « mascarade » par l’Occident. Depuis, les militaires ont pourtant mis en place un régime « civil », certes toujours sous leur contrôle, mais à la tête duquel le président Thein Sein a multiplié les réformes, espérant sortir de l’isolement international qui épuise le pays.

Celle que les Birmans appellent respectueusement la « Dame » de Rangoun va donc pouvoir s’engager dans le combat électoral pour la première fois de sa vie.
Au début du mois, lors d’une visite de la secrétaire d’Etat américaine, Hillary Clinton, l’opposante s’était déclarée « confiante » dans le fait que son pays était sur « la voie vers la démocratie ».

Retour au début de l'article

Aung San Suu Kyi : le choix cornélien des temps modernes

Une des expériences les plus douloureuses de sa vie (parmi d’autres) a lieu en 1997. Son mari, Michael Aris, est atteint du cancer de la prostate. Cependant, le gouvernement birman lui refuse le droit d’entrer en Birmanie pour visiter sa femme. La junte militaire essaie par là même de faire partir Aung San Suu Kyi du pays. Il paraît évident qu’en quittant le pays, elle se verrait ensuite refuser le droit d’y revenir. Elle ne reverra jamais son mari qui mourra en 1999. Mais au-delà de ce tragique épisode, c’est tout son séjour en Birmanie qui sera caractérisé par ce choix cornélien : doit-elle rester séparée de son mari et ses enfants (qui vivent en Grande Bretagne) pour défendre l’idéal de son pays?

Cinéma : des violons ou du pragmatisme?

Luc Besson oublie la forme

Amis cinéphiles, sortez vos mouchoirs! Comme souvent, le réalisateur aborde le sujet, émouvant de lui-même, de manière hyper larmoyante. A grand renfort d’effets musicaux, de départs sous la pluie et autres brutalités gratuites, Besson nous ferait presque oublier le drame d’une population… Les méchants sont vraiment très méchants (dignes d’une caricature de mauvais manga), les paysages sont de vraies cartes postales, les bons sentiments suintent. Dur dur de ne pas sortir un petit Kleenex…

Anne Gyrithe Bonne : vision aux couleurs birmanes

L’émancipation de la Birmanie était le combat commun de ce couple d’intellectuels. On découvre dans ce documentaire les engagements du couple, qui subsistent au-delà de la mort de Michael Aris. Anne Gyrithe Bonne, documentariste européenne, nous permet de découvrir ce dialogue interculturel afin de ne pas voir en Aung San Suu Kyi une figure d’Antigone (reposant sur un conflit entre le pouvoir absolu, d’ordre spirituel, et celui des hommes, d’ordre politique -ce conflit décline du fait que l’homme cherche à vivre l’impensable-) ou une femme intéressée par le seul pouvoir. L’orchidée de fer est bien le produit d’une réflexion culturelle métissée et d’une spiritualité hors norme.

Retour au début de l'article

Pour poursuivre le dialogue…

De la visite de Hillary Clinton début décembre aux ouvertures conséquentes du pays, l’actualité récente a encore mis la Birmanie sous les projecteurs. Même si l’on est en droit de se poser des questions sur les intentions exactes du pouvoir en place…

La Libre Belgique : Ombres birmanes

Que pensez-vous de l’histoire de Aung San Suu Kyi? Que pensez-vous de ses choix de vie? Feriez-vous vous aussi passer un idéal patriotique avant votre famille?

Ce n’est pas le pouvoir qui corrompt, mais la peur : la peur de perdre le pouvoir pour ceux qui l’exercent, et la peur des matraques pour ceux que le pouvoir opprime… (« Freedom from Fear », discours de Aung San Suu Kyi)

Site français d’information et de soutien à Aung San Suu Kyi


Sources d’informations

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :